Un village, là bas...

Répondre


Afin d’empêcher la création automatisée de comptes, nous vous demandons de réussir le défi ci-contre.
Smileys
:D :) ;) :( :o :shock: :? 8-) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: :geek: :ugeek:

Les BBCodes sont désactivés
Les smileys sont activés

Revue du sujet
   

Étendre la vue Revue du sujet : Un village, là bas...

Re: Un village, là bas...

Message par Khlete » 04 déc. 2018, 19:30

Un grand merci à toutes les personnes qui m'ont aidé à concevoir ce projet, notamment Frieda.
Bon noël les vilains...

Votre MJ préféré.

Un village, là bas...

Message par Shaggar Gra Shatub » 04 déc. 2018, 19:22

La place du marché était agitée sous le doux soleil du matin, les badauds déambulaient entre les étals richement fournis, les odeurs se répandaient comme une marée de saveurs, et les rumeurs prenaient naissance entre les lèvres des commères aux langues aguerries.
D'ailleurs, en parlant de rumeur, Arald le vagabond, le maraud de ces routes, était justement autour d'un tonnelet, en compagnie du boucher, du tavernier, du maréchal ferrant et de sa femme ainsi que de quelques jeunes écoliers désœuvrés. La mine épanouie, le masque ravi de celui qui se sait le centre de l'attention sur le visage, le voyageur loufoque à l'habit vert et élimé s'exclamait, à grand renfort de mouvements de bras :

"Mais si ! Tout un village ! Ma parole qu'j'y ai dormi à l'auberge pas plus tard qu'hier ! J'étais pourtant persuadé, tout comme vous, qu'rien d'autre que d'la lave n'occupait ces lieux désertiques et hostiles aux plus faibles... Et bien détrompez vous ! C't'une vraie ville qu'on y trouve ! Habitée presque exclusivement d'Elfes noirs, d'orcs et de gobelins..."

Devant la mine épouvantée de la femme du maréchal ferrant, Arald leva les mains, en signe d'apaisement :

"Madame, c'est une société comme une autre, vous savez. Dites vous qu'au moins, si vous n'appréciez pas la vue des peaux vertes, vous les verrez sans doute moins sillonner vos campagnes pour trouver des commerces ! Car ils sont nombreux, les commerces, au Val des Corbeaux, c'est le doux nom de cette bourgade où j'ai reposé mon harassement, ainsi que déposé mon coeur..."

Il se tourna vers les écoliers, sachant pertinemment quel engouement il allait faire naître chez eux :

"Une beauté de la maison, moyennant quelques pièces, m'a offert la suavité de sa peau verte pour la nuit... Shaggar m'a démontré qu'en matière de commerce, le sang n'a qu'une couleur, et le plaisir aussi..."

Un sourire nostalgique s'épanouit sur son visage rêveur, alors que déjà, par delà le marché, la rumeur se digérait, avant de se propager comme une épidémie, à travers tout Odyssée.

Haut