L'effondrement de Corianthes

Modérateurs : MJs, MJs Baie

Avatar du membre
Dil'inthar
Gagnant du concours d'illustrations des Odysséales 2019
Messages : 80
Enregistré le : 20 juil. 2009, 22:29

L'effondrement de Corianthes

Messagepar Dil'inthar » 26 juil. 2015, 11:27

La pluie de cendres blanchâtres continuait son morose balais entre les branches toujours plus dénudées de leurs feuilles. Quelle étrange danse. Dil'inthar n'avait pu s'empêcher de contempler un tel spectacle. Funeste et pourtant si captivant, l'Arbre se mourrait dans une dernière ronde à la hauteur de sa superbe.
A cela s'ajoutait l'air acre, qui emplissait les poumons et séchait les larmes de l'elfe moribond. Il aurait pu rester là des heures à observer vainement cette douce décadence, si un craquement sourd ne l'avait pas ramené à la raison. Le sol commença alors à vibrer, jusqu'au moment ou un autre craquement fit, cette fois, s'effondrer une branche parallèle longue de plusieurs dizaine de mètres. Tel un navire sombrant, elle disparut lentement entre ses sœurs, incapables de la retenir, pour finalement disparaitre dans la brume blanche.
Le sylvain assura ses appuis et recentra sur son buste la pile de livre qu'il transportait. A cet instant, il fut rejoint par l’Égide, son apprenti et le jeune homme, sortant tout trois en trombe de la bibliothèque, chargés eux-aussi de grimoires et de parchemins en tout genre.

- Il n'y a plus de temps à perdre, nous devons descendre !

A ces paroles indiscutables, une autre branche vint s'écrouler devant la Sentinelle, mettant à mal le pont de bois qui reliait la branche principale au long escalier menant aux pieds de l'Arbre.
Dès lors, plus ils descendaient et plus les marches devenaient instables et le chaos s'accaparait les lieux. Des craquements, toujours plus nombreux, s'ajoutèrent les hurlements de ceux qui ne pouvaient se résoudre à l'inévitable.
Quatre par quatre, l'elfe avala les marches dont certaines se dérobaient désormais sous ses pieds. Une branche vint lui heurter l'épaule et il dut user de toute son agilité pour rétablir sa course, faisant fi de la douleur.
Le soleil pénétrait désormais au cœur même de l'Arbre, faisant briller les branches qui tombaient comme autant de météorites.

Lorsque l’Archer Mage et ses compagnons atteignirent finalement la terre ferme, une étendue de désolation les encerclait. Ce fut alors au tour de la branche qui soutenait la forge de céder. Elle qui fut le symbole du renouveau de l'Arbre, n'était désormais qu'un amas de pierres en décomposition. Dans sa descente infernale, elle attira avec elle nombres de demeures et leurs pauvres occupants pour s'écraser finalement au sol dans un fracas assourdissant. Un incendie se déclara et les flammes se joignirent à l'horreur. Le marais s'était entre temps asséché et rapidement le feu se propagea pour parachever la sombre fresque.
Au milieu de ce chaos, difficile de se frayer un chemin. Les corps et les branches calcinés s'entremêlaient dans ce qui était désormais une sépulture. Tout n'était plus qu'une succession d'images atroces, de chaleur étouffante et de destruction, à tel point que l'esprit de Dil'inthar commençait à douter de la réalité, de sa propre survie.
Pourtant, il tenait encore fermement les ouvrages contre lui lorsque finalement il réussit à se jeter dans une grotte cachées par quelques racines. Couché à même le sol encore humide, le souffle court, il jeta un regard derrière lui. Des lumières et des ombres s'agitaient devant ses yeux. Étais-ce son apprenti ? Le jeune homme ? Les silhouettes se confondaient. Il crut apercevoir un loup, énorme, fendre les flammes, portant l’Égide à l’abri.
L’un après l’autre, ces compagnons d'infortune et l’Égide elfique rejoignirent la sécurité précaire de la grotte. Ils étaient tous recouverts d’une poussière blanchâtre et manifestement éprouvés, mais les ouvrages qu’ils transportaient étaient, par miracle, intacts. Seule l’Égide semblait touchée dans sa chair, se tordant au sol d’une douleur bien plus que physique.

Toujours subjugué par le spectacle apocalyptique au-dehors, l'elfe semblait apercevoir d'autres silhouettes. Le loup, couché sous une branche, des morts et des flammes, toujours des flammes...

Retourner vers « Vie de l'Arbre »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité