La genèse de Brumevent

Par Aegypius avec l'accord d'Ashura

Brumes

Dans les temps immémoriaux étaient les faéries : les Dieux dans une débauche de création voulurent égaler leur propre créateur, Furrinus. Les terres d'Odyssée semblaient à cette époque ne pas suivre de règles : les eaux s'écoulaient selon une volonté qui paraissait leur être propre, les constellations étaient l'échiquier gigantesque des dieux qui en mouvaient les pièces à leur guise, les nuages illuminaient de tableaux animés le ciel odysséen. Les quelques tribus humaines qui vécurent à cette époque de magie n'ont pas laissé de trace de leur passage sur nos terres parmi les gobelins, les elfes, les nains, ogres et orques, les trolls, nymphes et naïades.

C'est pourtant à cette époque que les sages estiment que les premiers Brumois vinrent s'installer dans les collines giboyeuses. Ils vivaient alors dans les bois qui couvraient ces terres. Les querelles entre Faéries, soigneusement orchestrées par les Dieux, rendaient l'existence des hommes précaires car nulle déité ne voulait de cette race : Pourquoi vouloir leur chair tendre quand les trolls ont une peau de pierre ? Pourquoi vouloir leurs mains quand les nains ouvragent les plus beaux objets ? Pourquoi vouloir leur esprit grossier alors que celui des elfes transpirent la magie ? Seuls les Hobbits, peuple paisible, échangèrent avec les hommes.

Du sein des hommes se leva pourtant un chef qui rallia les tribus en un peuple et défia les faéries et leur divin protecteur. Après avoir mis en déroute quelques bandes venues chasser ce tendre gibier, l'armée des hommes établit son camp autour du pic rocheux planté au centre de leur territoire. Du rocheux, considéré comme “magique” par les tribus, Orhlahir 1) parla aux troupes venues chercher la mort lors d'un combat trop inégal contre les faéries. Ceux qui étaient venus avec l'esprit de la défaite virent l'aube avec au cœur un émotion qui n'existait alors pas sur Odyssée : l'espoir ! La magie emplit les lieux et une brume enchanteresse se leva sur la clairière qui devait devenir “le champ de la Bataille des Brumes”.

Armés de leur découverte, les hommes se battirent comme avec une lueur au cœur, lueur qui effraya les soldats des dieux. L'espoir d'un monde meilleur fit vaciller la réalité des dieux et le Créateur en fut lui même touché : il délaissa ses activités pour savoir quelle partie de sa création avait réussi à toucher le tissu de la réalité. Quand il vit là une espèce à laquelle il ne donnait pas la moindre chance, il interrompit la bataille, séparant les troupes par l'enchantement. S'adressant à l'inconscient des combattants, il décréta les terres de Brume humaines. Nulle autre armée ne vint alors dans les anciens temps sur les terres de Brume, car le message presque inaudible de Furrinus continuait à se jouer dans les cerveaux odysséens…

Galvyn de Monx, le célèbre scribe des ages sombres, écrivit sur le rocher de Brumevent:

“A proximité du petit village de Brumevent se trouve une large proéminence rocheuse sur laquelle un castel se tiendra bientôt. Mandé par son créateur Orhlahir, je devais en décrire les terres qu'ils venaient de conquérir. Quelle ne fût pas ma surprise en voyant, au centre des fondations du Castel, un couloir creusé dans les roches par des mains inconnues. Les irrégularités de cette grotte semblaient organiques et la brume épaisse qui l'envahissait semblait venir et refluer au rythme régulier de la respiration de la terre. Devant la magie manifeste qui emplissait les lieux, Orhlahir décida d'entrer dans la grotte, interrompant les travaux pendant son absence. 7 jours et 7 nuits s'écoulèrent durant lesquelles la brume devint si épaisse qu'hommes et bêtes se perdaient dans leur propre village. Le lever du soleil au septième jour vint avec une grande nouvelle : Orhlahir était ressorti et à coté de l'entrée de la grotte se trouvait maintenant un édifice de la même pierre que le rocher. L'homme dit : “Furrinus veille sur ces lieux, et je m'en fais dès maintenant son serviteur”.

C'est depuis ces temps que le Comté de Brumevent est une terre de paix…

Écrit par Aegypius, Sénéchal du Castel Brumeux
Citation de Galvyn de Monx dans "Historii Brumae Ventis"

1)
Orlhahir est le fondateur de la dynastie des comtés de Brumevent
background/histoires/genese_de_brumevent.txt · Dernière modification: 25/05/2019 10:52 (modification externe)
Haut de page
CC Attribution-Noncommercial-Share Alike 4.0 International
chimeric.de = chi`s home Valid CSS Driven by DokuWiki do yourself a favour and use a real browser - get firefox!! Recent changes RSS feed Valid XHTML 1.0